À mon rythme péruvien...(en cours d'écriture)

Premier voyage solo. J'avais 19 ans. À la découverte du Pérou, et à ma découverte. Comme si l'éloignement me rapprochait. Pérou fut synonyme de contrastes. Voici des bribes du journal que j'ai tenu.
Décembre 2010
45 jours
1
1
Publié le 13 novembre 2017

15 décembre. YUL-MIA. Escale. MIA-LIM.

« Quelques minutes avant de poser un premier pied en Amérique du Sud, à travers le hublot, je discerne des formes montagneuses dans la nuit. Quelques lumières par-ci, par-là: des villages probablement. »

« Arrivé au Pérou. Quel choc! Lorsque je sors de l'aéroport, une foule de gens et mon nom sur une pancarte qui s'anime: c'est mon chauffeur. Musique style salsa, grosse voiture noire, accueil très chaleureux. Déjà un peu difficile de basculer entre l'anglais et l'espagnol. Air salin. Vent. Plages à perte de vue sous les lampadaires qui bordent l'autoroute du littoral. »

« One Hostel. Mon hébergement pour mon séjour à Lima. Un chemin étroit bordé de plantes exotiques mène à la chambre. Porte grinçante. Lit un peu raide. Vieux téléphone qui peut se brancher avec Internet... J'appelle ma mère. ALLO? Je suis au Pérou. Je t'aime. Bonne nuit. »

One Hostel. 

16 décembre.

« Temps très humide. Première journée. Plaza San Martin, Plaza de Armas. Lima: ça bouge, ça klaxonne, ça n'arrête pas! »

« Je suis marqué par les catacombes. Bizarre d'être entouré d'os, de crânes et de hanches, dans de petits couloirs souterrains. Heureusement, le Parque de la Muralla, à quelques pas, offre une vue remarquable sur le Cerro San Cristobal. J'ai pris le pont au pied du Cerro pour traverser vers le bidonville... Mauvaise idée: chiens errants en nombre, odeur de merde, gens dans la rue. J'étais clairement le seul touriste sur place. »

« Après avoir visité le Monasterio de San Francisco, la Iglesia Santa Rosa et avoir mangé mon premier ceviche, j'ai pris un taxi jusqu'à LarcoMar: un centre d'achats situé dans le chic quartier de Miraflores, mais surtout construit au bord et à même les falaises rocheuses qui se jettent dans la mer. Le centre d'achats offre une vue panoramique sur le Pacifique. Magnifique. »

« Revenu à Barranco, là où est situé mon auberge, j'ai été marcher sur le Pont des Soupirs. Coucher de soleil d'un rose éclatant. À présent, je suis seul dans la chambre du One H. »

Parfois, les gens t'abordent clairement pour te vendre des machins, des cartes, de la drogue, des massages. D'autres fois non: comme ce Jonathan qui m'a entretenu une quinzaine de minutes à la Plaza de Armas.

Astuce : ne pas hésiter et négocier la course de taxi avant d'embarquer. C'est vraiment le meilleur moyen de transport à Lima: peu coûteux, rapide et les chauffeurs sont bavards!

17 décembre.

« Assez difficile d'exprimer sa joie et ses émotions quand on est seul. Ce matin, j'ai pris mon petit, très petit déjeuner (2 petites boules de pain et de la confiture) et j'ai décidé de partir à l'aventure voir les ruines de Pachacamac. J'ai donc pris le premier taxi (30 S) pour y aller. Sur la route: poussière, odeurs douteuses, maisons décrépites, magnifiques dunes de sable. Le désert commence à se révéler à moi. Arrivé à l'entrée des ruines, il fait très, très chaud: mais j'aperçois mes premiers lamas! Je paye une guide qui parle anglais et nous grimpons au sommet du Templo del Sol. La vue est magnifique de là-haut. J'ai pris un autobus (2 S) pour retourner à Barranco, mais je me suis perdu... je ne sais trop où! J'ai donc pris un taxi pour revenir. »


« Détente aux côtés de la statue du Parc de l'Amour. Étendu sur la muraille aux motifs caractéristiques de l'Espagne. Oh! Petite parenthèse: j'ai fait une salutation au Soleil ce matin, au sommet de Pachacamac. »

« Taxi vers Huaca Pucllana. Site historique en plein coeur d'un quartier résidentiel: gros contraste. Tout est fait en adobe, contrairement à la pierre que les Incas utilisaient. En fait, pour mieux comprendre, les civilisations pré-incas utilisaient l'adobe (mélange de terre et de je-ne-sais-quoi), mais il se défait quand il mouille. La civilisation qui a fait Huaca Pucllana s'appelle Lima, qui a aussi été la première civilisation à bâtir Pachacamac. Ensuite, sont venus les Ichmas, Waris... et les Incas. Les sites visités jusqu'à maintenant servaient à faire des rituels, des sacrifices et des offrandes aux dieux. Les structures toujours très hautes s'expliquent par le fait que les gens voulaient atteindre le ciel, leurs dieux. »

« Près du Bosque el Olivar, une ancienne oliveraie, j'ai mangé une bonne lasagne aux 4 fromages avec de la chicha. Ce breuvage au maïs mauve est délicieux! »