Terre des Chapíns

Pyramides et sites archéologiques, volcans actifs, odeur de café, lacs en altitude, faune des plus éveillées, descendants mayas défenseurs d'une culture encore vivante... loin du folklore.
Du 2 au 17 octobre 2019
16 jours
Dernière étape postée il y a 43 jours
2
oct
2
oct
Publié le 31 octobre 2019

9h. Départ pour le trajet YUL-MEX (5 heures) qui est agrémenté par un peu plus d'espace qu'à l'habitude... parce qu'il semble qu'il ne suffise qu'à demander et qu'à utiliser un peu de naïveté pour un upgrade chez Aeromexico. 🤙Et surtout, de demeurer subtil quand d'autres passagers ont payé pour ce surclassement...! Qui tente rien n'a rien.

AMEX Centurion Club MEX. Évasion totale et gratuite après une arrivée un peu mouvementée à Mexico. Excellente cuisine, bon vino blanco, massage et pédicure, service impeccable. Encore une fois, aucun regret pour ma AMEX Platinum. 🤍

18h. Après un vol MEX-GUA (2 heures) dans un ciel boisé d'une forêt de nuages assez impressionnants, le Guatemala nous souhaite la bienvenue avec des odeurs d'essence, des dizaines de motos qui vont et viennent en tous sens, et un traffic monstre. Mais les gens sont très accueillants, souriants à notre égard.

20h. À quelques pas de notre hébergement, une surprenante manifestation a lieu pour le match de soccer qui aura lieu demain. ⚽️ Chants, cris, banderoles... c'est la fiesta! 🎉

Radisson Hotel and Suites. Chambre spacieuse, lits très confortables, super service bilingue rendu par Luis. Et surtout, on nous conseille d'utiliser Uber pour nos transports au Guate. Ce qui rendra nos déplacements sécuritaires et aisés.

3
oct
3
oct
Publié le 20 novembre 2019

4h. Assis devant les portes vitrées de l'hôtel. Saoul. Un jeune Guatémalthèque, qui vit à Ottawa, vient visiter sa famille pour la première fois en 17 ans.

Uber arrive. La femme est silencieuse, l'air fatigué, mais nous amène à bon port: l'aéroport... encore! La nuit fut courte. Mais la motivation pour se rendre à Flores est là.

Nous aurions pu prendre un autobus pour se rendre à Flores. «Nous aurions pu», dis-je bien.

Mais, nous avons décidé de prendre un vol aller-retour (environ 300$CAN).

Plus couteux, mais plus court. Nous avons volé avec Avianca, et tout s'est très bien déroulé: du check-in en ligne, au doux atterrissage de l'avion à hélices.

Hotel Casa Amelia 

9h. Parce que j'aime bien aller à la rencontre des locaux, j'ai demandé les services d'un guide privé et autonome (80$US) pour découvrir les alentours. Saul vient donc nous prendre directement à la Casa Amelia. Ainsi, nous embarquons dans le tuk-tuk, pour se rendre compte après quelques minutes que ce n'est pas Saul...! Je pense que la fatigue fait des siennes. Éberlués, nous retournons à l'hôtel, et Saul (le vrai) nous récupère: à pied... pour découvrir lentement les rues de Flores.

Claro que es Flores. 

En quelques minutes, nous sentons l'attachement de Saul 🔒 à sa culture maya, et surtout son désir de la faire revivre; d'honorer ses ancêtres. Car les Espagnols ont fait des ravages : ils ont érigé une cathédrale sur les ruines d'un temple maya mis en pièces; ils ont recouvert de béton les murs de calcaire d'origine. Entre autres.

Ravage espagnol. 
Chantal'ancha 

10h. Au plus haut point de Flores, au parc central, Saul nous indique l'ancienne ville maya nommée Tayasal, sur la rive opposée. Nous descendons lentement les routes escarpées pavées de pierres, à l'issue desquelles nous embarquons dans une lancha : petite embarcation de bois, très rudimentaire. Après une courte traversée, près de Tayasal, nous descendons au pied d'une ancienne pyramide maya... enterrée! On ne voit grosso modo que des monticules de terres et des arbres. L'ascension (courte) jusqu'au sommet nous permet d'observer une impressionnante colonie de fourmis en plein labeur, et du mirador, tout en haut, elle offre une vue magnifique sur Flores et les villages limitrophes.

Sur les ruines ensevelies. 
Mirador over Flores. 

11h. Chemin faisant, Saul nous indique des vestiges enfouis sous terre, sous la végétation qui a repris ses droits au fil des siècles. Fait intéressant: l'on dénombre environ 6000 édifices mayas dans la région, mais un grand nombre d'entre eux demeurent ensevelis. Tout comme plusieurs autres descendants mayas, Saul souhaite un équilibre entre la préservation de ces sites historiques et leur révélation aux yeux des touristes friands de découvertes exotiques.

Raaaw! Premiers cris de singes hurleurs. La première fois est comme bien des premières fois: ça laisse perplexe, hésitant. On dirait qu'une bête dangereuse allait nous bouffer! Eh bien, sachez que c'est l'animal le plus bruyant du monde: on peut l'entendre jusqu'à 4,8 kilomètres. Donc, le groupe de singes qui hurlaient étaient bel et bien... très loin de nous... Nous ne les voyions à peine.

Principe de Paz. 

12h. Retour en lancha. Passage autour d'une île fourmillant d'iguanes et d'oiseaux. Détente au restaurant de la Casa Amelia et détente bien méritée. Le décalage horaire et la courte nuit nous rattrapent.

Hello From Tayasal. 

PM. Nous passons le reste de la journée à arpenter les rue de Flores au gré des boutiques, d'un bar à jus et du boardwalk. Arrêt au charmant et très cosy Hostel Los Amigos, où une mignonne tortue surprend nos conversations. Court arrêt au resto végé Maracuya, dont les jugos frescos sont délicieux. Cerveza sur la magnifique terrasse de la Casa Amelia. Retour au Maracuya pour siroter un bon drink fruité au gin, dans l'ambiance feutrée du crépuscule et de leur terrasse-jardin.

Orage. 

20h. Casa de Enrico. Un incontournable. Assiette de pescado blanco pêché dans le lac, sur lequel la vue est imprenable. Au fil de nos discussions et en mode chillin', nous observons les gens en contrebas du balcon où nous sommes installés et nous nous laissons traités aux petits oignons.

Bedons pleins, nous rentrons...

Hotel Casa Amelia. Vraiment un charmant petit hôtel. Bien situé sur la rive ouest de l'île de Flores. Lits confortables. Chambre sans bling-bling, bien simple. Terrasse sur le toit avec une magnifique vue sur le Lac Petén Itzá. Excellent service et conseils par les commis à l'accueil.

4
oct
4
oct
Hola chicas. 

9h. Tellement énamourés de Saul, nous décidons de faire appel à lui de nouveau! Quoi de mieux que d'être introduits aux ruines mayas par un descendant maya, qui en plus prend en charge la logistique du transport et ira nous déposer à notre prochain hébergement en fin de journée. Si je peux me permettre, voici son Whatsapp (aussi, parce que cette application est essentielle au Guatemala): 00 502 48286401.

10. Pour aller visiter les ruines de Yaxha... quelques étapes à suivre! D'abord, nous faisons un arrêt dans une banque afin de se procurer les droits d'entrée au Parc National de Tikal... parce que les sites de Yaxha et Tikal sont dans la même région alors vaut mieux acheter les permis à l'avance. Et notre chauffeur Juan s'arrête au service à l'auto: nous devons mettre nos passeports et de l'argent dans un système de tubes futuriste qui achemine le tout à l'intérieur de la banque... nous sommes stressés de ne plus revoir nos passeports... mais le bruit de succion se fait entendre et nous retrouvons la capsule de plastique à l'intérieur de laquelle: nos passeports et nos billets pour Tikal! En route vers Yaxha...

12h. Défilent la campagne, les villages, les palmiers, les écoles, les personnes âgées rassemblées sur les balcons... une heure et demie durant. Et les derniers 11 km de chemin rocailleux pour arriver à Yaxha nous font peur pour la pauvre voiture de Juan. Mais elle tient le coup!

Entrée de Yaxha. 

13h. Entrée au site archéologique de Yaxha (80 Q)... Et se poursuit notre immersion dans la culture maya avec Saul qui alterne de l'espagnol à l'anglais, au gré de nos froncements de sourcils et de nos signes d'acquiescement. Nous visitons essentiellement des temples autrefois dédiés à l'observation astronomique, aux rituels et à la réception d'offrandes. Temples construits avec une telle précision, et en accord avec une forte symbolique liée aux points cardinaux et au ciel. Yaxha témoigne ainsi, par ses impressionnants vestiges, d'une véritable et imposante ville maya.

On va où Saul? 

Avec Saul, beaucoup de découvertes et de surprises: les feuilles de pimiento qui ont un goût fort épicé; une tarentule qu'il a fait sortir tout droit d'un trou au pied d'une pyramide; un toucan; des singes hurleurs qui courent d'arbre en arbre. L'ascension des pyramides est aussi un moment fort de cette visite.

Faune, faune, flore, faune. 
Dark Sky Pyramid. 

La pyramide centrale offre une vue panoramique sur la canopée: à couper le souffle. On prend la mesure de l'ampleur des cités mayas. Et dire que seulement quelques pyramides ont été mises au jour; que la plupart d'entre elles ne sont qu'excavées de moitié, laissant la végétation en cacher l'autre partie.

Up there. 
Mom and Son. 

16h. Nous reprenons la route en direction de Tikal. Longue route. Mais en transport privé, ça fait toute une différence! Et dès notre arrivée au Tikal Jungle Lodge, nous sommes charmés... et c'est peu dire!

Tikal Jungle Lodge. Situé directement à l'entrée du Parc archéologique national de Tikal, le lodge en pleine jungle offre des chambres dans de jolis bungalows, très bien entretenus, avec fenêtres-moustiquaires seulement. Ces fenêtres permettent une réelle sensation d'être en communion avec la forêt environnante : et l'on s'endort au rythme des sons de la jungle. Fantastique. Le restaurant, désert en octobre, offre de bons plats entre 80 et 100 Q. L'on peut aussi profiter du bar, de la salle de billard (ma mère a gagné!) et de la piscine... Surtout de la piscine: d'où nous avons souvent aperçu singes et toucans.

Jungle Lodge. 
5
oct
5
oct
Publié le 1er avril 2020

3h30. Petite saucette dans la piscine parce que, bien qu'excités d'aller visiter Tikal, le lever est rough! On rejoint Ceasar, notre guide, dans le lobby. Il nous attend avec un lunch et... nous sommes les seuls! Ce sera donc un tour privé. 😏❤️

6h. Au rythme des effrayants hurlements des singes, du doux bruissement des feuilles et du chant des criquets, nous nous rendons au sommet d'une des pyramides du complexe de temples qu'est le Parc national de Tikal. Nous sommes vraiment au coeur d'une végétation des plus luxuriantes. 🌴 Au sommet, plongés dans le noir, nous sentons la fraicheur de la pierre sous notre poids qui contraste avec l'air chaud et humide. Nous attendons le lever du soleil: qui demeure caché, mais dont on peut tout de même discerner la forme à travers le voile nuageux. Magnifique moment.

Sunrise on Tikal. 
 Voile sur luxuriante forêt.

Visiter Tikal avec un guide 🙋🏽‍♂️est, selon moi, la meilleure option. D'une part, la ville est colossale: 24 km par 24 km, dont 20% est excavé (le reste ne l'est pas par soucis de préservation). De plus, le guide (en l'occurence Ceasar) offre une cadence parfaite à la visite et les informations qu'il donne d'une voix posée sont claires, et permettent de mettre en perspective ce que nous, touristes, découvrons.

Nobody around. At all. 
Ruins and ruins. 

Quelques informations glanées au fil de la visite (selon notre guide):

  • Trois civilisations majeures ont vécu en Amérique du Sud: Inca, Maya et Aztèque.
  • 🏠Les Mayas ont vécu sur le territoire du Guatemala pendant 4900 ans, et ils ne fonctionnaient pas avec un système d'empires, comme les Incas, par exemple. Les villes étaient plutôt des entités indépendantes.
  • 🗻Utilisation de calcaire pour fabriquer les pyramides: une pyramide prenait environ 15 ans à être construire.
  • 🌱Les Mayas ont participé à leur propre déclin en coupant tellement d'arbres qu'il y eut phénomène de déforestation...
  • 💰La préservation du site de Tikal, classé à l'UNESCO, est financé par l'Université de Pennsylvanie, par le Japon et l'Espagne, entre autres.
On top, behind and deep in the ruins. 

La visite tire à sa fin vers midi... et c'est tant mieux parce que le soleil commence à brûler! En bref, Tikal a été pour moi: une balade dans la jungle, à travers des pyramides qui nous plongent dans un autre monde, littéralement. C'est aussi, des toiles d'araignées, des oiseaux, des chauves-souris, des singes, des farmer ants qui travaillent très fort. C'est avoir vu le sosie de Jérémie Niel sur le sommet de la pyramide au lever du soleil lorsque la lumière était filtrée par l'épais brouillard. Et c'est aussi, notre guide Ceasar qui s'est assis sans le vouloir sur un gros caca... et qui se baladait avec un spot jusqu'à temps qu'on le remarque!💩👀

Grande Place. 

Nous passons le restant de notre journée à profiter de la piscine au lodge et nous nous baladons quelque peu aux alentours: en demeurant prudent, parce qu'il y a présence d'alligators et, qui sait, de méchants voleurs?!

6
oct
6
oct
Turicentro Cataratas

Turicentro Las Cataratas

Publié le 16 avril 2020

9h. Oh, que la grasse matinée fait du bien! Le serveur nous offre (gratuit!) notre dernier déjeuner. 🤩 Et j'observe pour une dernière fois, avec une petite mamie trop gentille👵🏽, la faune qui habite le Jungle Lodge : des singes, un capybara, des toucans... ils sont tous là!

Pour cette dernière journée dans la région de Petén, nous avons redemandé les conseils de notre guide Saul... qui nous a envoyé au Turicentro Las Cataratas. On se fait prendre directement au lodge, et après environ 3 heures de route, ainsi qu'un contrôle policier 👮🏻‍♂️(!), nous sommes dans la jungle profonde... Et pour 1$ CAD l'entrée, c'est un coin de paradis à rabais! Hormis quelques jeunes qui viendront s'amuser dans les chutes, nous sommes seuls. De magnifiques chutes avec des aménagements rudimentaires: corde de Tarzan, une tyrolienne, un plongeon (j'ai sauté de 25 pieds de haut, oui, oui! 😅), et quelques planches de bois (attention aux clous!) afin d'admirer la vue sur le bassin.

 Tarzan Bobette.

13h. Un quai. Un soleil tapant. 🌞 Cerveza.🍺 Quelques chiens errants.🐶 La détente totale.

Cataratas 

Le chauffeur, qui a fait la sieste dans un hamac durant 4 heures, nous reconduit jusqu'à Flores, où nous engloutissons un repas rapide chez McDo (la honte assumée) et nous prenons notre avion pour retourner à Guatemala City. ✈️

7
oct

🥱Fatigue. Douillet lit du Radisson. Vue sur les volcans qui fument. Moment de battement. Uber vers la coloniale, la vieille, la tant attendue: Antigua, ville fondée par les Espagnols en 1543, classée au Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1979.

10h. Avant notre visite chez l'un des producteurs de café de la région, nous prenons un délicieux petit-déjeuner au Rainbow Café. Le cadre est magnifique, trendy et pour les gringos, ok, j'avoues. Dehors, 🚶🏼‍♀️les habitants s'activent, les rues s'animent. Beaucoup de ruines témoignent des deux tremblements de terre de 1773; ruines en plein coeur d'une architecture coloniale omniprésente.

Premières impressions. 

13h. Rencontre avec le magnifique Froilan Minas. Producteur de café. Nous avons réservé notre visite de la plantation de café par l'entremise de l'organisme De la Gente 👍. Il offre une visite très intimiste et bien vulgarisée, pour en apprendre sur la culture et le processus de transformation du café. Bien entendu, les tours opérateurs vous offriront de visiter la Finca Philadelphia 👎 qui est la plantation la plus populaire à visiter... associée à Starbucks. Le point de vue de Froilan ouvre les yeux sur ce que l'on nomme «café équitable»: qui n'a d'équitable que la répartition des richesses entre les hauts dirigeants des Starbucks de ce monde. Cela dit, nous sommes très content d'avoir encouragé cet organisme local qui exporte 60 000 livres de café par an, qui emploie 28 cultivateurs dans la ville d'Antigua et un total de 200 au pays. Quand même! 🤩

De la Gente. 

Maintenant... Froilan, comment fait-on du café? 🧐 Voici en bref les étapes de transformation du grain de café jusqu'à la délicieuse tasse de café!

0️⃣Cultiver les grains: de décembre à avril; et de 8 am à 5 pm (ça, c'est pour indiquer qu'ils travaillent toute la journée dans le champ). 👨🏻‍🌾

1️⃣Séparation entre la graine de café et son écorce: à la machine automatique, ou manuelle (le cultivateur doit pédaler sur une sorte de vélo...: si c'est pas de l'énergie cinétique ça!). 🚲

2️⃣Fermentation dans une autre machine dont j'ai oublié le nom...

3️⃣Rinçage: 3 fois! 4️⃣Séchage au soleil durant 7 jours. 5️⃣Triage des grains: bons ou mauvais?

6️⃣Catégorisation des grains par grosseur: parce que oui, il y a une grosseur à respecter!

‼️L'exportation peut se faire à partir d'ici.

7️⃣Tostar, roast ou torréfier. Plusieurs compagnies décident de faire cette étape par eux-mêmes.

8️⃣Beber, boire ton café! ☕️

Voilà, au boulot maintenant!... (Not.😓) J'ai désormais une grande admiration pour ces cultivateurs. 💚

Froilan Casa. 

16h. Nous attendons notre Uber en face d'une église de Ciudad Vieja. 🙏🏽 Et tous les passants, sans exception, font un arrêt et un signe de croix. Même les motocyclistes. Beau.

Admiration. 

Yellow House. Magnifique terrasse. Service attentionné. Lits confortables (ok, c'est pas le Radisson, mais ça va!). Excellent déjeuner, très complet. Bien situé. Et en prime, nous avons rencontré deux Québécoises.

8
oct
6 am. 

6h. Maman dort au Yellow House. 😴 Je marche dans le centro historico. Ville silencieuse. Soleil levant. Écoliers qui circulent dans les rues pavées de pierres. Plusieurs ont des projets/bricolages en main. Tous en uniforme. Icône d'Antigua, l'arche de Santa Catalina brille : au 17e siècle, elle permettait aux religieuses de passer du couvent à l'école sans sortir dans la rue. On ne sent pas du tout la vibe touristique... qui s'en vient.

Santa Catalina 
Plaza Mayor 

10h. Balade dans le Parque Central. Et ascension du Cerro de la Cruz. Face au panorama volcanique, on prend la mesure de la petitesse d'Antigua. Nous mangeons notre ration quotidienne de chocolat et de noix de macadam. Et en voyant le Fuego qui menace sans cesse avec ses crachats de fumée, je me rend compte du rapport très précaire qu'entretient la ville coloniale avec les volcans qui l'entourent. C'est l'un des volcans les plus actifs d'Amérique centrale. Pourquoi en ferions-nous l'ascension comme bien des touristes? Je pense aux nombreux décès qu'il a causé en 2018... et j'irai assouvir mon désir de sensations fortes ailleurs. 🤙

Ration quotidienne et Fuego 

13h. Mélange d'odeurs entre les fruits et les poissons. Bienvenue au Central Market Antigua. Un moyen très économique de manger et d'encourager les agriculteurs locaux. Avocats, litchis, papaye, chou-fleur. 6$ 😇 Et «aweille à maison»!

16h. De la Gente ne fait pas seulement des visites caféinées! En contactant Axel, le guide-interprète qui nous avait accompagnés, celui-ci nous propose un atelier de cuisine, dont les profits sont versés à des femmes habitant Parramos, un bled près de la capitale. Les femmes qui offrent les ateliers ne sont pas nécessairement en précarité financière; par exemple, celle qui nous reçoit, Doña Luce 👩🏼, souhaite développer sa confiance en elle.

Elle nous accueille chaleureusement chez elle: une petite maison de rien, avec, dans la cour arrière... une maison en chantier? Avant de cuisiner, nous passons au lavage des mains: son petit garçon est serviable comme tout; il nous tend le savon et la serviette. Mignon comme tout. 👨‍🍳 La recette que nous cuisinons : un plat traditionnel maya, le pépian au poulet.🍗 Il s'agit essentiellement d'un bouilli de légumes et de volaille, servi avec tortillas. Luce décortique toutes les étapes et nous cuisinons tous ensemble, au gré des discussions sur la culture guatémaltèque qui évolue entre tradition et modernité. Nous galérons à faire les tortillas maison... Jusqu'à la dégustation: un régal! Yummy ! 😋

Avant de quitter, Doña Luce nous avoue que c'est la première fois qu'elle donnait cet atelier: nous sommes surpris; heureux pour elle, fière de son accomplissement. Elle partage aussi quelques mots sur son rêve. En pointant l'un des murs blancs poussiéreux, où seulement est accrochée une photo de son papa, elle indique que la grande maison en construction (que nous avons pu apercevoir en entrant) est en fait un rêve qui aura pris 5 ans à se réaliser; un rêve dont son père serait fier s'il était encore vivant. 😙