× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas
105 km. 7 jours. 2 amis. 1 ours. Un arc-en-ciel. De la bouffe sèche. Des moustiques, des souris. Soleil. Des rires. De belles rivières. Une traversée de St-Urbain au Mont Grand-fonds.
Du 12 au 18 juillet 2020
7 jours
Partager ce carnet de voyage
J1
après-midi

Enregistrement masqué au poste d'accueil. Tout bien expliqué. 🤓 Merci @traverseedecharlevoix

Nous nous rendons (très enthousiastes!) jusqu’au km 27 dans la ZEC des Martres.

Le chemin de terre battue, fait pour les voitures, mène jusqu'au premier refuge. Donc, c'est un petit 4 km assez facile, en bonne compagnie.

Mais le sac de 30 livres ; ouh là là, qu’il est lourd! Nous appréhendons un peu les prochains jours.

Chalet mignon. Belle vue sur le Mont des Morios. Nous relaxons...

Chalet Écureuil 

Mais! Pas de feu! 🔥 Nous avons oublié la base de la base!... Nous n'allons pas pouvoir faire bouillir l'eau: et c'est essentiel. Bonne équipe que nous sommes, nous retournons au parking en *?$&#! 🌪

La Mission BRIQUET commence: repogne la clé cachée sous le pneu, passe à la boutique des Grands-Jardins, raconte mon histouère avec honte (ils ne vendent pas de briquet à la boutique...!), retourne à St-Urbain, lavage des mains dans un gros stand de lavabos à pompes, et finalement... omg de la tarte au sucre!... J’en oublies presque les briquets! Maudite bibitte à sucre!🤦🏻‍♂️ Raconte notre mésaventure à la jeune commis. Et voilà! Nous retournons.

Retour avec briquet. 

Plus tard... surprise! Le pâté chinois sec réhydraté est excellent. La vue - et le temps calme avec Katia - est incroyable.

Seconde surprise: un arc-en-ciel sort tout droit du mont en face. 😲🤗

Le trésor est là! 

C’est trop pour moi, j’ai besoin de faire du yoga! 🧘‍♂️

Tarte au sucre trop bonne. 😋 Finalement, nous devrions clairement oublier plus souvent des briquets.

J2

« En ce moment, j'écris et il y a une invasion de moustiques au refuge. Je capote. Elle (Katia) capote. Nous capotons. 🤯

J'ai trouvé trois trucs pour dormir:

  • Truc 1: mettre des écouteurs, et faire jouer de la musique; pour pas les entendre.
  • Truc 2: se barricader le corps... c'est-à-dire dormir habillé de la tête au pieds avec un filet sur la tête.
  • Truc 3: Fermer les yeux et essayer de dormir. 😴 »
• • •

Mais c'était une belle journée, nuageuse.☁️ Difficile à cause du sac, mais faisable. Quelques montées intenses. 😅

À travers les épinettes. 
Contre-plongée sur le Mont des Morios et champignons.

Arrivés au chalet, il y a un petit espace très sympa au bord du lac, sous les pylônes de notre réseau hydroélectrique québécois.

Ce n’était pas une journée de points de vue. Plus du traçage. J’ai hâte de faire wow.

Comme l’arc-en-ciel d’hier. Mais bon, c'était exceptionnel. 🌈

Lac Boudreault 
J3

Le chemin parait être un heureux raboutage de chemins. Nous cheminons sur des routes de sable pour voitures. Ce n'est pas ce que je préfère... 😗 La forêt évolue🌲: les épinettes noires et leur grande densité près du parc des Grands jardins nous ont quitté quelque peu. Nous sommes plutôt entre conifères et feuillus désormais. 🍄 Et champignons colorés.

Ouh ouh ouh! Un peu d'action sur le chemin; qui, soit dit en passant, est désert. J’ai vu porc-épic et couleuvre!... mais je ne veux pas croiser d’ours. Je dis souvent à haute voix pour les éloigner : « Nous sommes de passage amis les ours, nous venons en paix. » Et je fais résonner mon set de clés. 🔑

Vers le chalet de la Noyée 

De rudes pentes vers la vue spectaculaire du Chalet de la Noyée. Mais quelle chance, parce que les nuages étaient tout autour lors de la montée.

Au sommet, nous voyons le fleuve sur tout son long. Des lacs. La rivière Malbaie.

Tout au loin, le fleuve. 

Du saucisson. Un p’tit feu. Du réseau. Du repos. Et un écran de téléphone brisé. 😅 C'est le moment fort depuis le début du trajet. 🤩

Moi / Photo d'un écran de iPhone pétée / Katia 

Poursuite à travers ce qui semble être la taïga: oui, oui, un plateau recouvert de mousse avec de nombreux résineux. Ou est-ce la toundra même!? Petits arbustes partout. Bleuets à profusion. Petits conifères. Rochers. Nous oscillons peut-être entre ces deux types de forêt. Nous nous retrouvons à flanc de montagne avec vue sur le parc des Hautes-Gorges. Spectaculaire. Petits sentiers straight right avec une montagne au loin. C'est ma-gni-fi-que.

En arrivant au chalet, je dis à Katia : « C’est pas possible, regarde le chalet! »

Refuge La Chouette 

Nous sommes au pied d’une grande montagne au chapeau rocheux, avec un lac vert clair en contrebas. Plein soleil. Pas de moustiques.

Beau moment au bord de l’eau à prendre un bouillon de poulet, et à se dire que nous avons bien fait de ne pas se baigner en voyant... une giga, mais giga sangsue.

Journée de 17 km. ⏩ Nuit de 11 h. 💤

J4

Nous quittons la Chouette. Avec la super belle vue et la paix.

C’est un début assez abrupte pour une journée de 21km... mais d’une beauté! Vue sur une vallée. Balade à travers les petits arbustes. À 850m d’altitude. J’adore cette forêt de petits arbres.

Un peu de pylônes; que voulez-vous.

Ma watch⌚️ compte les km, et nous sommes bien heureux! 😅 Mais pour vrai, ça va bien: le soleil brille, de vieux gars passent en 4-roues et me prennent pour le chum de Katia; nous voyons une vue qui n'est pas vraiment dégagée au km 14... #vous-devriez-degager-la-vue

Petit diner saucisson, papaye sèche. 🥩

⛔️ Ouh ouh, attention! Juste avant d’arriver au parc des Hautes-Gorges, je rencontre un ours 🐻 qui par chance ne m’a pas vu. Mais moi, j’ai couru vers Katia en osto! Nous avons fait du bruit et il est parti plus loin.

Rivière Malbaie à l'entrée des Hautes-Gorges 

Les derniers kilomètres nous ont paru une éternité, mais avec la vue qui nous attendait! Un chalet à flanc de montagne, avec la rivière Malbaie en contrebas. Un gros soleil. 🏔Des montagnes escarpées gigantesques devant notre petit balcon.

Un geai bleu c'est beau. Un chalet Geai bleu aussi. 

Après-midi farniente. Lecture. Jasette sur les rochers. Nous ne pouvions pas demander mieux! Aussi... baignade et lavage... j’ai même presque fait manger ma ...🤫 par un 🦞 écrevisse! Ouache, j'étais assis dessus!

Souper réhydraté devant cette vue.

Et pas de réseau. Donc je propose (malheureusement) d’aller dans la plaine située à 10 minutes. Ce que nous faisons. Au retour, nous entendons un grognement, un ours. Nous courrons en sens inverse. Adrénaline. Finalement, c'était un bruit de 4-roues. 😅 La fatigue nous gagne.

Nous sommes assis devant le coucher de soleil jaune doré, et les montagnes bleues.

Soleil couchant au Geai bleu. 
J5

Balcon parfait pour du yoga à 5h du matin. 🧘‍♂️

Le Geai bleu, c’est le chalet où tu veux rester plus longtemps. La vue est magnifique.

Le soleil se lève par derrière le chalet et jette sa lumière dans la vallée sur laquelle nous avons vue. Départ repoussé à 8h et c’est parfait comme ça... avec un thé, assis confortablement.

Bien-être.

Au début, la randonnée est mignonne lorsque nous longeons la rivière Malbaie.

Après une petite montée, nous atteignons une vue assez sympathique d’où le réseau pogne pour une dernière fois sur le trajet.

Oh! Et lors d'une courte pause, je me délecte de quelques bleuets! Moment fort de la journée. 😍 Parce qu'après... on s’enfonce carrément dans le bois, la deep jungle québécoise. Et c’est monotone. Beaucoup de traces et d’excréments d’orignal et d’ours.

Seulement font plaisir à voir les barrages de castor, et les lacs; qui rappellent les cartes postales où, souvent, un orignal s’abreuve tranquillement. Mais pas d’orignal pour nous. Juste la beauté simple de ces petits lacs entourés d’herbes hautes, parsemés de nénufars et de troncs d’arbre rongés par la mousse, avec en arrière-plan une montagne. Ah! le Bouclier Canadien. 😮

Carte postale sans orignal. Ni castor. 

Long. Long. Long trajet. Le chalet du Coyote est en plein bois. Bien.

J’ai trouvé la seule arme dont j’adore me servir: une tapette à moustiques électrique! 💀😼

C'était mon deuxième meilleur moment de la journée. J'ai abusé de cette trouvaille, mais les moustiques abusent clairement trop de nous. Alors, je me donne le droit. 🧨

J6

6h du matin. La pluie se réveille. Et s’intensifie. 💧💦

Nous randonnons trempés. Mousse verte au sol. Au moins ça, c'est apaisant. Seule lumière de cette journée. On dirait un tapis sur lequel j'aimerais m'étendre.

Mais non, nous marchons et nous sommes trempés. Et j'ai froid.

Nous empruntons la piste pour les vélos.

Il y a moins de jolie mousse, mais le chemin est moins précaire.

Arrivés au chalet, je le transforme en grosse sécheuse.

Et me sens l’âme d’une mémère au foyer, mélancolique. Devant le foyer.

Katia fait un roupillon.

Moi, je bois mon bouillon.

Et magie! 🔆 Le soleil sort, et nous offre un coucher de soleil splendide sur la rivière brumeuse.

Calme plat. Bruits de moustiques.

Calme plat. 
J7
matin

Nous nous levons tôt. On a hâte de finir. 🥳

Bouteilles d’eau remplies à la petite rivière à deux pas du chalet. Magnifique d’y voir la brume matinale qui flotte sur l’eau, traversée par les premiers rayons du soleil.

Nous nous remettons en marche: 2.5 heures de forêt. Partis tôt, les rayons du soleil se frayent un chemin à travers les épinettes. Mais sinon, rien de bien excitant. Nous traçons. On se dit qu’on aurait apprécié plus de points de vue.

Et davantage d’indications à la fin.

Ma watch était là pour nous indiquer les kilomètres restants. Motivante cette montre.

Et une finale un peu « batarde ». Nous arrivons au parking de la station de ski du Mont Grand-fonds. Pas de pancarte qui souligne l’arrivée... Mais nous nous réjouissons de voir notre voiture! Et nous sommes très fiers de notre accomplissement. Vraiment. Oh, nous ne sommes pas amers de cette dernière matinée, au contraire. Ça fait partie de la Traversée de Charlevoix. Check. ✅🤙

Entendez-vous ce gargouillement? C'est mon ventre qui veut une poutine...

Finito! Bises mon amie.

• Un ours, deux porcs-épics, des dizaines de crapauds, des lièvres.

• 4 premières journées magnifiques: arc-en-ciel, lac vert clair au chalet de la Chouette, incroyable spot du Geai bleu, taïga/toundra, chalet-halte de la Noyée.

• Difficulté moyenne, c’est pas trop technique.

• Ne jamais sous-estimer le poids du sac. JAMAIS. 30 livres (comprenant 10 livres de bouffe) c'était parfait.

• Toujours un point d’eau à proximité du chalet: oui, on prend l’eau directement dans les lacs et rivières et on la purifie.

• 2 bains directement dans la rivière.

• Ne pas oublier un briquet!

• Beaucoup de mouches et moustiques.

• Une matinée de pluie sur 7 jours... Mais on y a goûté!

• Des bouillons de poulet en arrivant aux chalets, des repas secs surprenants qui font péter! Une tarte au sucre trop bonne!

• Faire le trajet à deux. ❤️ Beaucoup de rires, de discussions, de silences, de fierté. Peut-être dû à la Covid-19, nous avions les chalets pour nous; on était comme dans une bulle pendant une semaine. Pas besoin de gérer ou de faire en fonction de personne. On avait notre intimité et c’était parfait!

• 4 séances de yoga.

• Du réseau chaque jour, contrairement à ce qu'on nous avait dit.

• Une Apple Watch vraiment utile!

Meilleurs moments: l’arc-en-ciel le premier soir, le pique-nique au bord du lac de la Chouette, la boucle de la Noyée, la montée le lendemain de la chouette, l'après-midi au bord de la Malbaie au Geai bleu.